A LOUER: local commercial

Loue local commercial en centre bourg, libre d’activité (hors restauration).

Surface commerciale : 55 m², Réserve : 23 m².

Pour tout renseignement, s’adresser à la mairie de La Selle-en-Luitré au 02 99 97 91 88 ou par courriel : mairielaselleenluitre@wanadoo.fr

dsc-03718 dsc-03719 dsc-03720

Vie locale

2014

Inauguration bâtiments multifonctions – 22 novembre 2014 http://la-selle-en-luitre.fr/inauguration-du-22-novembre-2014

Chantier bâtiments multifonctions – juillet 2013 à novembre 2014 http://la-selle-en-luitre.fr/chantier-batiments-multifonctions

Interselloises – 15 juin 2014 http://la-selle-en-luitre.fr/interselloises-15-juin-2014

2012

Tous en selle – 26 août 2012 http://la-selle-en-luitre.fr/photos-de-la-journee-du-26-aout-2012

Comice agricole et concours départemental du cheval breton du 25 août 2012 http://la-selle-en-luitre.fr/photos-de-la-journee-du-25-aout-2012

Eco-pâturage – Jars de la race “oie normande”

oies

Livraison de quinze jars aux lagunes.

Depuis le 10 octobre 2012, quinze jars de la race “oie normande” ont pris place dans les lagunes communales. Ils ont été livrés par Jean-Paul CILLARD, zootechnicien à l’écomusée de la Bintinais, en collaboration avec Fabrice JAN, éleveur amateur.

Pourquoi des animaux aux lagunes?

La faible portance du terrain et des accès difficiles ne permettaient pas aux engins agricoles d’intervenir sur l’ensemble des lagunes pour le débroussaillage.
La commune a donc décidé de tester une solution alternative en acquérant quinze jars auprès de l’écomusée de la Bintinais.
La mise en place d’animaux pour entretenir des endroits naturels et/ou accidentés est aussi appelée l’éco-pâturage. Ce choix permet de remplacer les outils mécaniques et chimiques tout en préservant une race locale et rustique, “l’oie normande”.

Spécificités de l’oie normande

Historique:
Race issue des oies communes qui peuplaient la Normandie et la Bretagne depuis des siècles. Etait utilisée comme oie à rôtir avec une chair savoureuse, au duvet recherché pour la confection d’oreillers, de coussins, de couettes. Le duvet est l’ensemble des petites plumes de 2 à 3 cm arrachées de l’abdomen et du dessous des ailes. Les grosses plumes des ailes étaient destinées à l’écriture et aux cure-dents.

Caractéristiques:

 dimorphisme sexuel prononcé avec le jars entièrement blanc et l’oie de couleur blanche et grise,

 race plus petite que sa cousine toulousaine ou alsacienne,

 poids moyen du jars: 5 kg,

 oie dite “aux yeux bleus”,

 effectif très faible,

 “tondeuse” naturelle.

Marché aux bestiaux

Historique : Face à la croissance des effectifs et au développement urbain de Fougères, il est décidé de déplacer le marché aux bestiaux de Fougères se tenant Place de l’Europe à l’extérieur de la ville. C’est ainsi que le Parc de l’Aumaillerie est ouvert le 2 octobre 1970.

Sur un espace de 30 hectares desservi par une voie ferrée et une rocade se dresse alors un hall couvert de 25 000 m2 destiné aux gros bovins, un marché couvert à veaux de 2 100 m2 ainsi que des locaux administratifs offrant tous les services nécessaires (banques, services vétérinaires, SNCF…).

L’Aumaillerie devient ainsi le premier marché aux bestiaux de France dans les années 70/80.

Le marché aux bestiaux fermera le 31 décembre 2017.

Présentation de la commune

Notre commune

La Selle-en-Luitré est une commune qui regroupe 600 habitants sur une superficie de 820 hectares. Située dans le canton de Fougères Nord, elle fait partie de Fougères Agglomération.

– Habitants : les Sellois(es).

– La commune est proche de l’A84, échangeur n° 29.

– La commune se trouve à :

– 10 km de Fougères,

– 24 km de Vitré,

– 57 km de Rennes,

– 61 km du Mont Saint Michel,

– 90 km de St Malo,

– 290 km de Paris.

carte

Historique

Origine du nom : du latin « cella », sanctuaire.

Antiquité :

Des traces d’occupation romaine sont présentes à La Selle-en-Luitré où trois voies semblaient traverser la commune dont :

– une voie de Jublains (Mayenne) à Corseul (Côtes d’Armor),

– une voie de Valognes (Manche) à Bordeaux, venant de Saint-Hilaire-du-Harcouët,

– une voie de Rennes à Chartres, avec embranchement sur Sées (Orne) passant par Montbelleux, la gare de la Celle, le voisinage de Fleurigné et de la Chapelle-Janson.

Les deux premières voies de communication “Jublains à Corseul” et “Valognes à Bordeaux” se croisaient au carrefour de La Boussardière. Un autre carrefour existait apparemment à La Cotfordière entre la voie de “Rennes à Chartres” et la voie de “Jublains sur le tronçon allant à Aleth”. Par ailleurs, des vestiges de camps romains ont été retrouvés aux divers croisements (La Boussardière, La Cotfordière). Ils sont souvent constitués d’un espace carré ou rectangulaire, entourés de haies vives formées d’arbrisseaux entrelacés et protégés par un fossé extérieur.

Haut Moyen-âge :

Charlemagne a tenté la conquête de l’Armorique. Pour ce faire, il entreprit de mettre en état les voies romaines. Les troupes et les ouvriers campaient dans les environs de ces chantiers. La Boussardière prit de l’importance. La toponymie des lieux proches situés sur les communes de La Chapelle-Janson, Luitré et La Celle indique que la région connue une intense activité. Un sanctuaire devenait indispensable à cette communauté et c’est sans doute dès cette époque que l’on dut construire une première chapelle, vraisemblablement en bois. La Celle, ce “nom indique un ancien monastère mais rien ne nous renseigne sur ce qu’il pouvait être”.

XVIIIème siècle :

Avant la révolution, l’église de la Celle est une trêve de Luitré. C’est-à-dire qu’elle est desservie par le clergé de Luitré. En 1794, le village acquiert le statut de commune. C’est en 1785 seulement que le village acquiert son orthographe actuelle, lorsque l’abbé Louyer transforme, en écrivant dans ses registres, le « C » en « S ».

 

ancien-bourg-lsl